Kiki et le Montparnasse des années 1930 - Arts africains

vendredi 21 septembre 2018 14:00
Salle 1 - Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot 75009 Paris
Informations sur la vente
Kiki et le Montparnasse des années 1930 / Arts Africains

exposition publique à Drouot :
Jeudi 20 septembre 2018 de 11 h à 21 h
Vendredi 21 septembre 2018 de 11 h à 12 h

renseignements :
paris@debaecque.fr - +33 (0)1 42 46 52 02 - www.debaecque.fr
contact@lyndatrouve.com - +33(0)1 88 32 09 56 - www.lyndatrouve.com

kiki et montparnasse
Responsable de la vente :
Adriane GRÜNBERG
ag@debaecque.fr
+33 (0) 1 42 46 52 02

assistés des experts :
autographes et manuscrits
• N° 7 à 18
Emmanuel LORIENT
+33(0)1 43 54 51 04
contact@traces-ecrites.com

spécialiste tableaux
Hugues VUILLEFROY de SILLY
hv@debaecque.fr
• les lots N° 21 - 27 - 32 - 33 - 34 - 38 - 50 - 51
ont été décrits par le Cabinet MARÉCHAUX
+33(0)1 44 42 90 10
cabinet.marechaux@wanadoo.fr

arts premiers
Responsable de la vente :
Hugues VUILLEFROY de SILLY
hv@debaecque.fr
+33 (0) 1 42 46 52 02

arts africains et océaniens
• N° 108 à 220
Charles-Wesley HOURDE assisté de Aurore MARIANI
+33(0)6 64 90 57 00
info@charleswesleyhourde.com
Conditions de ventes
DE BAECQUE et associés SAS et Lynda
TROUVÉ SASU sont des maisons de ventes
aux enchères publiques régies par la loi du 10 juillet
2000. En cette qualité La maison de vente agit comme
mandataire du vendeur qui contracte avec l’acquéreur.
Les rapports entre La maison de vente et l’acquéreur sont
soumis aux présentes conditions générales d’achat qui
pourront être amendées par des avis écrits ou oraux qui
seront mentionnés au procès-verbal de vente.
1 - LE BIEN MIS EN VENTE
a) Les acquéreurs potentiels sont invités à examiner les
biens pouvant les intéresser avant la vente aux enchères,
et notamment pendant les expositions. La maison de vente
se tient à la disposition des acquéreurs potentiels pour leur
fournir des rapports sur l’état des lots.
b) Tous les biens sont vendus tels quels dans l’état où ils se
trouvent au moment de la vente avec leurs imperfections ou
défauts. Aucune réclamation ne sera possible relativement
aux restaurations d’usage et petits accidents. Il est de la
responsabilité des futurs enchérisseurs d’examiner chaque
bien avant la vente et de compter sur leur propre jugement
aux fins de vérifier si chaque bien correspond à la description.
Le rentoilage, le parquetage ou le doublage constituant une
mesure conservatoire et non un vice, ne seront pas signalés.
Les dimensions sont données à titre indicatif.
c) Les indications données par La maison de vente sur
l’existence d’une restauration, d’un accident ou d’un
incident affectant le lot, sont exprimées pour faciliter son
inspection par l’acquéreur potentiel et restent soumises à
son appréciation personnelle ou à celle de son expert.
L’absence d’indication d’une restauration, d’un accident ou
d’un incident dans le catalogue, les rapports, les étiquettes
ou verbalement, n’implique nullement qu’un bien soit
exempt de tout défaut présent, passé ou réparé.
Inversement la mention de quelque défaut n’implique pas
l’absence de tous autres défauts.
d) Les estimations sont fournies à titre purement indicatif
et elles ne peuvent être considérées comme impliquant la
certitude que le bien sera vendu au prix estimé ou même à
l’intérieur de la fourchette d’estimations. Les estimations ne
sauraient constituer une quelconque garantie.
Les estimations peuvent être fournies en plusieurs monnaies ;
les conversions peuvent à cette occasion être arrondies
différemment des arrondissements légaux.
2 - LA VENTE
a) En vue d’une bonne organisation des ventes, les acquéreurs
potentiels sont invités à se faire connaître auprès de
La maison de vente, avant la vente, afin de permettre
l’enregistrement de leurs données personnelles.
La maison de vente se réserve de demander à tout
acquéreur potentiel de justifier de son identité ainsi que de
ses références bancaires. La maison de vente se réserve
d’interdire l’accès à la salle de vente de tout acquéreur
potentiel pour justes motifs.
b) Toute personne qui se porte enchérisseur s’engage à régler
personnellement et immédiatement le prix d’adjudication
augmenté des frais à la charge de l’acquéreur et de tous
impôts ou taxes qui pourraient être exigibles.
Tout enchérisseur est censé agir pour son propre compte sauf
dénonciation préalable de sa qualité de mandataire pour le
compte d’un tiers, acceptée par La maison de vente.
c) Le mode normal pour enchérir consiste à être présent
dans la salle de vente.
Toutefois La maison de vente pourra accepter gracieusement
de recevoir des enchères par téléphone d’un acquéreur
potentiel qui se sera manifesté avant la vente.
La maison de vente ne pourra engager sa responsabilité
notamment si la liaison téléphonique n’est pas établie,
est établie tardivement, ou en cas d’erreur ou d’omissions
relatives à la réception des enchères par téléphone.
d) La maison de vente pourra accepter
gracieusement d’exécuter des ordres d’enchérir qui lui
auront été transmis avant la vente et que La maison de
vente aura accepté.
Si La maison de vente reçoit plusieurs ordres pour des
montants d’enchères identiques, c’est l’ordre le plus ancien
qui sera préféré.
La maison de vente ne pourra engager sa responsabilité
notamment en cas d’erreur ou d’omission d’exécution de
l’ordre écrit.
e) Dans l’hypothèse où un prix de réserve aurait été stipulé
par le vendeur, La maison de vente se réserve de porter
des enchères pour le compte du vendeur jusqu’à ce que le
prix de réserve soit atteint. En revanche, le vendeur ne sera
pas admis à porter lui-même des enchères directement ou
par mandataire.
Le prix de réserve ne pourra pas dépasser l’estimation basse
figurant dans le catalogue.
f) La maison de vente dirigera la vente de façon
discrétionnaire tout en respectant les usages établis.
La maison de vente se réserve de refuser toute
enchère, d’organiser les enchères de la façon la plus
appropriée, de déplacer certains lots lors de la vente, de
retirer tout lot de la vente, de réunir ou de séparer des lots.
En cas de contestation La maison de vente se réserve
de désigner l’adjudicataire, de poursuivre la vente ou de
l’annuler, ou encore de remettre le lot en vente.
g) Sous réserve de la décision de la personne dirigeant
la vente pour La maison de vente, l’adjudicataire
sera la personne qui aura porté l’enchère la plus élevée
pourvu qu’elle soit égale ou supérieure au prix de réserve,
éventuellement stipulé.
Le coup de marteau matérialisera la fin des enchères et
le prononcé du mot « adjugé » ou tout autre équivalent
entraînera la formation du contrat de vente entre le vendeur
et le dernier enchérisseur retenu.
L’adjudicataire ne pourra obtenir la livraison du lot qu’après
règlement de l’intégralité du prix.
En cas de remise d’un chèque ordinaire, seul l’encaissement
du chèque vaudra règlement.
3 - LES INCIDENTS DE LA VENTE
a) Dans l’hypothèse où deux personnes auront porté des
enchères identiques par la voix, le geste, ou par téléphone
et réclament en même temps le bénéfice de l’adjudication
après le coup de marteau, le bien sera immédiatement remis
en vente au prix proposé par les derniers enchérisseurs, et
tout le public présent pourra porter de nouvelles enchères.
b) Pour faciliter la présentation des biens lors des ventes,
La maison de vente pourra utiliser des moyens vidéos. En
cas d’erreur de manipulation pouvant conduire pendant
la vente à présenter un bien différent de celui sur lequel
les enchères sont portées, La maison de vente ne pourra
engager leur responsabilité, et sera seul juge de la
nécessité de recommencer les enchères.
c) Pour faciliter les calculs des acquéreurs potentiels, La
maison de vente pourra être conduit à utiliser à titre indicatif
un système de conversion de devises.
Néanmoins les enchères ne pourront être portées en
devises, et les erreurs de conversion ne pourront engager
la responsabilité de la SVV DE BAECQUE et associés.
4 - PRÉEMPTION DE L’ÉTAT FRANÇAIS
L’État français dispose d’un droit de préemption des oeuvres
vendues conformément aux textes en vigueur.
L’exercice de ce droit intervient immédiatement après le
coup de marteau, le représentant de l’État manifestant
alors la volonté de ce dernier de se substituer au dernier
enchérisseur, et devant confirmer la préemption dans les
15 jours. La maison de vente ne pourra être tenu pour
responsables des conditions de la préemption pour l’État
français.
5 - L’EXÉCUTION DE LA VENTE
a) En sus du prix de l’adjudication, l’adjudicataire (acheteur)
devra acquitter les frais de vente suivants : 20,834 % HT
soit 25 % TTC (TVA 20 %) - pour le judiciaire : 12% HT soit
14,4% TTC (TVA 20%). Le paiement du lot aura lieu au
comptant, pour l’intégralité du prix, des frais et taxes, même
en cas de nécessité d’obtention d’une licence d’exportation.
L’adjudicataire pourra s’acquitter par les moyens suivants :
- en espèces jusqu’à 1000 € frais et taxes compris pour
tous les professionnels, et particuliers résidant fiscalement
en France et jusqu’à 15 000 € pour les ressortissants
étrangers sur présentation de leurs papiers d’identité.
- par chèque ou virement bancaire.
b) La maison de vente sera autorisée à
reproduire sur le procès verbal de vente et sur le bordereau
d’adjudication les renseignements qu’aura fournis
l’adjudicataire avant la vente.
Toute fausse indication engagera la responsabilité de
l’adjudicataire.
Dans l’hypothèse où l’adjudicataire ne se sera pas fait
enregistrer avant la vente, il devra communiquer les
renseignements nécessaires dès l’adjudication du lot prononcée.
Toute personne s’étant fait enregistrer auprès de La
maison de vente dispose d’un droit d’accès et de
rectification aux données nominatives fournies à La
maison de vente dans les conditions de la Loi du
6 juillet 1978.
c) Il appartiendra à l’adjudicataire de faire assurer le lot
dès l’adjudication. Il ne pourra recourir contre La maison
de vente, dans l’hypothèse du vol, de la perte au de la
dégradation de son lot, après l’adjudication.
d) Le lot ne sera délivré à l’acquéreur qu’après paiement
intégral du prix des frais et des taxes.
Dans l’intervalle La maison de vente pourra facturer à
l’acquéreur des frais de dépôt du lot, et éventuellement des
frais de manutention et de transport.
À défaut de paiement par l’adjudicataire, après mise en
demeure restée infructueuse, le bien est remis en vente à
la demande du vendeur sur folle enchère d’adjudicataire
défaillant ; si le vendeur ne formule pas cette demande
dans un délai d’un mois à compter de l’adjudication,
la vente est résolue de plein droit, sans préjudice de
dommages-intérêts dus par l’adjudicataire défaillant.
En outre, La maison de vente se réserve de réclamer à
l’adjudicataire défaillant, à son choix :
- des intérêts au taux légal majoré de cinq points.
- le remboursement des coûts supplémentaires engendrés
par sa défaillance,
- le paiement de la différence entre le prix d’adjudication
initial et le prix d’adjudication sur folle enchère s’il est
inférieur, ainsi que les coûts générés par les nouvelles
enchères.
La maison de vente se réserve également de procéder
à toute compensation avec des sommes dues à
l’adjudicataire défaillant.
La maison de vente se réserve d’exclure de ses ventes
futures, tout adjudicataire qui aura été défaillant ou qui
n’aura pas respecté les présentes conditions générales
d’achat.
Il est vivement demandé aux adjudicataires de procéder
à un enlèvement le plus rapide possible de leurs achats,
afin de limiter les frais de stockage qui sont à leur charge.
L’entreposage des lots ne saurait engager en aucune façon
la responsabilité de La maison de vente.
Pour les ventes à Drouot, les objets sont à retirer au magasinage
de l’Hôtel Drouot, dont les frais sont à la charge des acheteurs.
Tout lot non vendu et, non retiré dans le mois qui suit la
vente, sera placé au garde-meuble.
Frais à la charge du propriétaire.
6 - PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE - REPRODUCTION DES
OEUVRES
La maison de vente est propriétaire du droit de
reproduction de leur catalogue. Toute reproduction de
celui-ci est interdite et constitue une contrefaçon à son
préjudice.
En outre La maison de vente dispose d’une dérogation
légale lui permettant de reproduire dans son
que le droit de reproduction ne serait pas tombé dans le
domaine public.
Toute reproduction du catalogue de La maison de
vente peut donc constituer une reproduction illicite
d’une oeuvre exposant son auteur à des poursuites en
contre-façon par le titulaire des droits sur l’oeuvre.
La vente d’une oeuvre n’emporte pas au profit de son
propriétaire le droit de reproduction et de représentation
de l’oeuvre.
7 - INDÉPENDANCE DES DISPOSITIONS
Les dispositions des présentes conditions générales d’achat
sont indépendantes les unes des autres. La nullité de quelque
disposition ne saurait entraîner l’inapplicabilité des autres.
8 - COMPÉTENCES LÉGISLATIVE ET JURIDICTIONNELLE
La loi française seule régit les présentes conditions générales
d’achat.
Toute contestation relative à leur existence, leur validité,
leur opposabilité à tout enchérisseur et acquéreur, et à leur
exécution sera tranchée par le tribunal compétent du ressort
de Paris (France).